Du fond de la mine à la lumière

Du fond de la mine à la lumière

De gauche à droite: Robert Belorge, Elie Trapani, Albert Curet, Charles Castellano, Jules Marcolini, René Vespini. Les photos ont été fournies par le club de Biver.

Le football a vu le jour à Biver grâce à une poignée d’irréductibles Gaulois… ou presque. En fait ils étaient d’origine arménienne, italienne, polonaise, tchécoslovaque, espagnole, algérienne ou arabe. Leur emploi était en principe au fond de la mine mais ils avaient tous la même envie, jouer au football.

Rappel historique
Ce n’est pas une histoire belge, c’est la stricte vérité, le Puits Biver, qui a donné son nom au quartier, a été créé par Pierre Ernest Biver, un ingénieur belge né au Grand-Duché du Luxembourg. C’est lui qui a créé la galerie allant de Biver à Marseille.

Les premiers pas
À la fin des années 20 les mineurs éprouvaient le besoin de taper dans un ballon après une longue journée passée au fond de la mine. Un petit terrain vague leur a suffi, au début, mais étant de plus en plus nombreux ils s’aménagèrent un terrain d’entraînement, là où se situe actuellement l’église de Biver.
Une première société sportive a même été créée, mais elle fut vite vouée à l’échec. Tout comme la tentative des Arméniens, pourtant très nombreux, mais faute de moyens, ils durent renoncer.
La troisième fut la bonne. Roger Bossa, Marius Allione et Titin Lerda réussirent à convaincre Auguste Etienne à devenir le président du Biver Sports, nous étions en 1932.
Les joueurs n’avaient pas de terrain, les rencontres se déroulaient dans un champ à Sire Marin, un coin de Mimet.
Joueurs et supportèrent unirent leurs efforts en 1935, ils aménagèrent un terrain à l’emplacement du Puits Gérard à Biver. Les wagonnets de la mine servirent pour transporter les gravats.
Ce n’est qu’en 1949 que l’équipe va évoluer à St Pierre sur un terrain des Houillères de Provence. Là encore il a fallu que tous retroussent leurs manches pour faire passer un terrain caillouteux en une magnifique pelouse que laquelle veillait jalousement Victor Pellegrin.

La première finale
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, elle n’est pas l’apanage des seniors mais des cadets. En 1946 ils disputèrent la finale de la Coupe Pollack. Ce jour-là ils ne purent rien contre l’équipe de Miramas emmenée par Francis Méano qui allait devenir un des plus jeunes professionnels de tous les temps. A 18 ans il jouait déjà au côté de Raymond Kopa, mais un accident de la route l’emporta alors qu’il n’avait que 22 ans.
Biver a obtenu sa revanche 25 ans après, sur le stade Savine de Gardanne, il enlevait la Coupe Pollack de nouveau face à Miramas.

Le premier titre
Il fut l’œuvre des seniors, les biverrois devenaient champions de 1re division et obtenaient le droit de disputer la saison suivante l’unique poule de Promotion d’Honneur. Nous étions en 1948, Biver rencontra la réserve de l’Olympique de Marseille dans une sorte de demi-finale. Dans l’effectif des olympiens figurent Bruhin, Zermani, Rossi, Alcazar et les frères Gombert.
Biver l’emporta 2 buts à 1, et l’histoire est croustillante parce que le Biver Sports n’avait pas d’entraîneur, les joueurs se dirigeant eux-mêmes sur le terrain. Pour l’entraînement proprement dit ils avaient une méthode bien à eux. Ils dévalaient en courant les 240 marches pour rejoindre leur travail au fond du puits. Pareil pour la remonte, encore 240 marches en courant et le tour était joué. Cette méthode devait avoir du bon puisqu’en finale ils disposèrent de Gardanne.
Les présidents
Outre Auguste Etienne, le Biver Sports a eu comme présidents, Barre, Henri Cataneo, Louis Blanc, Joseph Vincent, René Vespini, Jules Marcolini, Albert Curet, Paul Fauchon et depuis 1984, Michel Amore.

Les entraîneurs qui ont marqué le Biver Sports
Valentin Navarro
Vainqueur de la Coupe de France avec Le Havre en 1959, il signe à Biver en 1962. Pendant trois ans il a fait connaître aux biverrois des heures de gloire, notamment le 23 décembre 1962 où sur son terrain (St Pierre), Biver battait le Gazélec d’Ajaccio qui allait devenir champion de France amateur à la fin de la saison.

Fanfan Cassar
Il a permis à Biver d’être Champion de Provence de PHA (1969) et d’accéder pour la première fois de son histoire à la Division d’Honneur.

Marc Guerrero
Marc offre le titre de Champion de Provence de PHA en 1975 ce qui permet à Biver de retrouver la Division d’Honneur.

Albert Mecocci
C’est sous ses ordres que Biver remporte sa première Coupe de Provence sur le stade de Berre face à la JSA St Antoine (1981).

Gérard Petit
Gérard enlève avec son équipe le titre de Champion de Provence de DHR et permet au club de remonter en DH (1998). Gérard restera cinq ans à Biver.

Les matches tragiques
En ce jour de 1964, Nello Nelli, le beau-frère d’Albert Curet, ne savait pas que cette rencontre entre Biver et Marignane serait la dernière à laquelle il assisterait. Ce fut un beau match, intense, très disputé, Marignane prenant rapidement l’avantage (2 à 0). Mais Foxonnet, qui vient de signe à Biver (ex-Gardanne) se met en évidence et marque deux buts sous ses nouvelles couleurs, Biver réalisant l’exploit de tenir tête aux aviateurs. Le pauvre Nello, excité par l’intensité de la rencontre s’écroule au coup de sifflet final. Transporté vers l’hôpital, il décède en cours de route, il avait 46 ans.

Deux ans plus tard Biver joue un match amical contre Le Puy Ste Réparade. Le Puy Ste Réparade, modeste équipe qui accédait à la 1ère division, avait obtenu le droit de rencontrer le Biver Sports dans le cadre du transfert de son meilleur joueur, Claude Nevière. Militaire à Aix les Milles, chauffeur du Général Daussac, Claude avait tenu à disputer cette rencontre sous un soleil torride. Très actif sur le terrain il s’écroule en plein match, foudroyé par une crise cardiaque. Claude Nevière venait juste d’avoir 20 ans.
Après toutes ces années glorieuses Biver, comme beaucoup d’autres clubs, connaîtra la disette. Faute de moyens le club connaît plus l’ombre que la lumière.
Mais tel un Phénix il renaît de ses cendres au point de concurrencer sérieusement le grand rival, l’AS Gardanne. Au point que ce dernier envisage une fusion avec Biver, lorgnant particulièrement sur son synthétique.
Biver a depuis plusieurs saisons déjà entrepris une démarche positive envers les jeunes qui commence à porter ses fruits.
Une fusion ? Peut-être mais pas à n’importe quel prix.
Un nouvel épisode à écrire dans la déjà longue histoire du club.
La fusion a été réalisée en avril 2017, le premier président du Gardanne/Biver aura été Jean-Claude Valera.

Des infos à faire passer ?

Contactez-nous

Cagnotte

Footamat.info ne fonctionne pas sans vous. Aidez-nous à relater de l'actualité du football amateur dans le sud en participant à notre cagnotte.

 

Participer à la cagnotte en ligne
Si vous souhaitez être partenaire et diffuser votre publicité ci-dessous, contactez-nous en cliquant ici

Publicité

Le calendrier de nos publications

juillet 2017
L M M J V S D
« Juin   Août »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31