Malik Assami : Tout d’un grand

Malik Assami : Tout d’un grand

 

Après avoir connu un centre de formation le voilà maintenant avec une nouvelle passion, rendre aux jeunes joueurs tout ce que le football lui a donné.

Faire un portrait détaillé de Malik serait impossible tant le garçon est fait d’un seul bloc. A vingt-sept ans il estime avoir déjà beaucoup reçu dans le football comme joueur, il veut transmettre sa passion, son savoir, à d’autres jeunes qui pourraient faire aussi bien ou mieux que lui.

Nom : Assami
Prénom : Malik
Né le : 15 avril 1990
A : Marseille
Situation de famille : Célibataire
Profession : Auto entrepreneur dans les Télécoms

Première licence : Au Canet Sports, aujourd’hui disparu.
Le petit Malik a envie de progresser, il n’hésite pas à faire un bout de chemin à pied avec son grand frère, Nordine, pour aller à La Marine, le stade de la JO St Gabriel. Là il sera pris en amitié par Alex Laueur, un éducateur du club qui va lui faire confiance et le faire progresser.
Tant et si bien que Malik va avoir sa chance pour jouer au Burel en 13 ans de Ligue.
Il y restera un an pendant lequel il va découvrir un encadrement différent avec Laurent Robert et Stéphane Angelvy, deux éducateurs qui l’auront marqué. Ce ne sont plus les papas poules comme Alex, là il faut vraiment travailler ce qui ne déplaît pas à Malik.
Le jeune Assami gravit encore un échelon lorsqu’il rejoint l’USTM de Stéphane Serraye en 14 Fédéraux : « C’est avec lui que j’ai véritablement compris ce que je pouvais faire dans le football. Je ne pensais pas devenir pro mais je savais et j’avais envie de faire mieux. Nous avons beaucoup parlé tous les deux, il m’a fait confiance dans des moments difficiles ».
Encore et toujours faire plus et mieux, c’est le leitmotiv de Malik, sa façon d’être et de penser qui le suit toujours.

Il intègre le centre de Formation du FC Sochaux

Malik est sélectionné dans l’équipe de la Ligue de la Méditerranée, il franchit un nouvel échelon qui va l’amener jusqu’au centre de Formation de Sochaux, un des plus réputés de cette époque : « J’avais été contacté par l’OM, mais ce club faisait peur. De mon âge il y avait Samir Nasri et Ahmed Yahiaoui que je considérais comme des intouchables, j’étais loin d’avoir leur niveau ».

Il n’a que 15 ans, mais il est surclassé pour jouer en 16 ans Nationaux ou en 18 ans Ligue. Ses coéquipiers les plus célèbres sont Mathieu Peybernes (actuellement en Turquie) et Ryad Boudebouz qui brille au Bétis Seville.
A Sochaux la concurrence est rude, le jeune marseillais en était conscient : « A mon poste il y avait deux joueurs qui étaient meilleurs que moi, je ne regrette rien, j’ai tout donné, c’était peut-être là mes limites. J’ai beaucoup appris, ce fut une expérience fabuleuse dont je n’aurais jamais rêvé lorsque j’ai débuté au Canet ou à la JO ».
Lorsqu’il doit quitter Sochaux Malik a des propositions dans des clubs de CFA de la région, mais loin de chez lui, il ne donne pas suite : « Si c’est pour galérer autant que ce soit près de chez moi, près de ma famille».

La rencontre qui change tout

Malik revient pourtant à Marseille où il va jouer en 18 ans DH à Endoume où il va aider l’équipe à monter en Nationaux. L’année en Nationaux se passe bien, mais arrivé senior il ne trouve pas une place de titulaire et décide de quitter le club au bout de trois ans.
Le tournant de sa carrière se fera avec le rencontre de Jean-François Sunda qui lui propose un projet intéressant. Château Gombert est en PHB, Jean-Francois veut que cette équipe arrive en DHR. Banco lui dit Malik, il restera à Château Gombert pendant six ans. Jusqu’à la saison dernière où enfin le club d’Annette Assorin décroche ce fameux billet pour la Ligue.
Il a été marqué par cette époque : « C’est là où j’ai grandi en tant qu’homme. J’ai beaucoup apprécié Mme Assorin qui a beaucoup fait pour les joueurs, et par Hervé Bourne lorsqu’il entraînait l’équipe ».

Un éducateur dans l’âme

Malik a la passion du foot chevillé au corps, il a envie de redonner tout ce que ce sport lui a apporté. Il s’est reconverti comme éducateur pour garder le contact avec le football et il vit des moments extraordinaires : « Quand je vois mes petits progresser c’est magique. Je ne pensais pas que ce soit aussi fort. Je vais passer mes diplômes, j’ai envie de réussir dans ce nouveau challenge ».
Il faut dire que Malik a eu la bonne pioche en allant à Aubagne : « C’est Djamel Dahmani qui m’a fait venir et franchement j’ai été très bien accueilli par le président, M.Jeanningros, le directeur sportif, les secrétaires qui font un boulot énorme. La mairie met les moyens qu’il faut pour que le club avance ».
Et puis il y a Eric Rech. Malik connaissait l’éducateur de l’OM mais pas vraiment l’homme : « Franchement ce club a de la chance de l’avoir fait venir, il n’y a pas mieux que lui en Provence pour tenir ce poste. Il est hyper-consciencieux, il sait toujours répondre à tous les éducateurs. Il a toujours un mot gentil avec tout le monde, il regarde beaucoup de matches, donne des conseils. Il est fait pour ce métier ».

Un bel exemple à suivre pour Malik qui pour l’instant s’éclate avec ses U11 en attendant mieux.

Des infos à faire passer ?

Contactez-nous

Cagnotte

Footamat.info ne fonctionne pas sans vous. Aidez-nous à relater de l'actualité du football amateur dans le sud en participant à notre cagnotte.

 

Participer à la cagnotte en ligne
Si vous souhaitez être partenaire et diffuser votre publicité ci-dessous, contactez-nous en cliquant ici

Publicité

Le calendrier de nos publications

novembre 2017
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930